À Propos

La FIDH et l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme et du citoyen (OGDH) en Guinée



La FIDH et l’OGDH luttent depuis 2011 contre l’impunité en Guinée : massacre du 28 septembre 2009, répression sanglante des manifestations de janvier et février 2007, violences post-électorales de 2010. Les deux organisations se sont constituées parties civiles dans trois procédures judiciaires d’envergure nationale et accompagnent aujourd’hui devant les juridictions guinéennes près de 500 victimes dans leur quête de justice.

En étroite collaboration avec la Cour pénale internationale et les Nations unies, les avocats du Groupe d’action judiciaire (GAJ) de la FIDH conseillent les parties civiles, participent à l’instruction des dossiers et portent la voix des victimes en défendant leurs intérêts auprès des juridictions nationales et internationales.

Grâce aux activités continues de plaidoyer et de dialogue menées par les représentants de la FIDH, de l’OGDH et des associations des victimes, les enquêtes sur les crimes les plus graves commis en 2009 et 2010 ont connu des avancées importantes, laissant enfin entrevoir la possibilité que ces procès historiques et hautement emblématiques pour la lutte contre l’impunité, en Guinée et ailleurs, se tiennent en 2017.

Aux côtés des victimes et des associations qui les soutiennent, la FIDH et l’OGDH accompagnent également au quotidien les efforts de toutes celles et ceux qui oeuvrent pour la réconciliation nationale, la modernisation des institutions et la réforme du système judiciaire. En partenariat avec la société civile guinéenne et en dialogue constant avec les institutions nationales et internationales, la FIDH et l’OGDH visent, à travers leurs actions communes de plaidoyer, d’enquête et d’assistance judiciaire à participer à la construction en Guinée d’un État de droit solide, garant et respectueux des droits et libertés fondamentales de chaque citoyen.




La FIDH

La FIDH est une ONG internationale de défense des droits humains. Elle fédère 184 organisations nationales de défense des droits humains dans 120 pays. Depuis 1922, partout dans le monde, la FIDH enquête, documente, et pousse les États à adopter des politiques respectueuses des droits humains. Elle poursuit également les auteurs de violations des droits humains et accompagne les victimes devant les tribunaux. La FIDH a son siège à Paris et des bureaux à Abidjan, Bamako, Bruxelles, Conakry, Genève, La Haye, New-York, Pretoria et Tunis.

L’action de la FIDH s’adresse aux États, premiers garants du respect des droits humains mais aussi aux acteurs non-étatiques comme les groupes d’opposition armés et les entreprises multinationales. La FIDH utilise une large gamme de moyens d’intervention : réactions urgentes publiques ou confidentielles, missions internationales d’enquête, d’observation judiciaire et de défense, dialogue politique, plaidoyer, contentieux, campagnes de sensibilisation.

Plus d’informations sur www.fidh.org

À Propos de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme et du citoyen (OGDH)

L’Organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme et du citoyen (OGDH) est une organisation non gouvernementale créée en 1990 par des universitaires, étudiants et avocats guinéens afin de promouvoir et défendre les droits humains dans le pays. Elle est indépendante des pouvoirs publics et de tout courant politique ou doctrinal.

Présente dans les 7 capitales régionales de Guinée, l’OGDH organise des séminaires sur la protection des droits de l’Homme à l’intention des responsables chargés de l’application des lois (magistrats, officiers de police judiciaire, régisseurs de prison), des journalistes et des cadres de l’administration.

Depuis sa création, l’OGDH est particulièrement active dans le recueil de témoignages de victimes et dans leur accompagnement devant les autorités judiciaires guinéennes. L’OGDH est membre de la FIDH depuis 1990, de l’Union interafricaine des droits de l’Homme (UIDH) et a le statut d’observateur auprès de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP).

Elle est récipiendaire du prix Baldwin de la paix 2001 aux États-Unis.

Réalisé par Panos Pictures

Panos Pictures collabore à la fois avec des organisations caritatives et commerciales, utilisant la photographie pour faire campagne à l’intention d’audiences nouvelles et variées.


Tommy Trenchard

Tommy Trenchard est un photographe et journaliste indépendant travaillant principalement en Afrique pour la presse et des organisations caritatives. Il partage son temps entre documenter la vie culturelle animée du continent et ses défis récurrents.

Entre 2012 et 2016, il a vécu en Sierra Leone, et a photographié le redressement de ce pays après la difficile guerre des années 90, tout en couvrant l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Son travail sur ce sujet lui a valu de remporter le Amnesty International Media Award en 2015.

Pendant cette période, il a traversé la frontière avec la Guinée plusieurs fois pour documenter la transition chaotique du pays d’une dictature à une démocratie. Le projet présenté ici a été réalisé grâce au soutien de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme et du citoyen (OGDH), entre septembre 2015 et janvier 2016 pour aider à attirer l’attention sur les victimes oubliées des régimes militaires précédents. Remerciements particuliers à Amadou Barry, sans qui ce projet n’aurait pas été possible.

Tommy est à présent basé à Kampala, Ouganda, où il travaille sur la prévention de la cécité en Afrique de l’Est.

www.tommytrenchard.com